jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

GPA ou l'impossible débat

imagesCAEJ09NU.jpg

 

En décidant de rédiger un article sur ce sujet, je sais pertinemment que des voix vont s'élever, des dents vont grincer, des dos vont peut-être même se tourner. Mais peu m'importe. Je crois qu'à un moment, il faut avoir le courage de ses opinions, il faut savoir les assumer devant les autres, et tant pis si l'on perd des gens en route. Je suis capable d'entendre les arguments adverses, je ne les cautionne absolument pas, mais pour autant, je n'empêche personne de s'exprimer sur le sujet. Alors j'aimerai que l'inverse soit fait aussi. Après tout, les couples en demande ne sont pas des monstres d'irresponsabilité et la mère porteuse (c'est moche je trouve comme terme, mais c'est ainsi qu'il faut l'appeler) n'est pas une femme en détresse multiple.

 

Devant le soulèvement provoqué par la dernière affaire en date avec ce couple d'Australiens, je ne pouvais plus me taire.

 

Parce que oui, je l'affirme, je suis complètement pour la GPA (et ce, que cela concerne les hétéros ou les homos). Et je trouve que, à l'instar d'autres pays, la France a sur ce sujet un énorme retard (comme sur beaucoup de choses d'ailleurs, me direz-vous). Le seul progrès, si tant est qu'on puisse le nommer ainsi, que la France ait consenti, c'est d'inscrire un enfant né de cette façon dans les registres d'état civil, ce qui n'était pas le cas avant. Mais ne rêvons pas, elle l'a fait uniquement parce qu'elle a été condamnée pour cela. J'ai l'espoir, peut-être naïf, de croire que cet acte posé puisse maintenant ouvrir la porte à d'autres progrès. Mais avec cette interdiction, c'est tout le droit français qui est à revoir. Parce que se cacher aussi fortement derrière le bien-être de l'enfant, quand même, moi, ça me laisse perplexe...

 

J'entends déjà certains ou plutôt certaines rétorquer: "Un ventre n'est pas à louer! On ne fait pas de commerce lorsque cela concerne un enfant! C'est immoral et insensé! Mon corps m'appartient!" etc, etc, etc... Et l'adoption, qu'est-ce donc? Ce n'est pas du commerce?! Laissez-moi rire! L'adoption, en définitive, ça donne juste bonne conscience. 

 

Vous voulez que je vous dise ce que je trouve immoral et insensé? C'est l'étroitesse d'esprit par laquelle s'illustrent bon nombre de français aujourd'hui. C'est aussi l'ignorance avec laquelle ils parlent de cela, sans s'être véritablement renseignés, et surtout sans être aucunement concernés. Parce que oui, il me semble que, pour nombre de ceux qui sont contre, il y a beaucoup de gens qui ont eu ou sont en tout cas en capacité d'avoir un enfant.

 

D'un autre côté, accordons-leur le fait qu'ils ne peuvent pas connaître la douleur de ne pouvoir enfanter... Quel manque de bol, non?! C'est pourtant un sentiment si prenant, qu'il serait utile de le connaitre, pour ouvrir l'esprit...

 

Reste que, à interdire cela, ce seront toujours plus de couples qui se tourneront vers des pays qui autorisent la GPA, et s'y rendront afin de pouvoir réaliser leur désir de parentalité. ET ILS AURONT RAISON!

 

Mais les opposants parlent de dérives. Je  vais vous faire plaisir sur ce coup-là et dire que vous avez raison! Les dérives arrivent... par l'interdiction!!! Bizarre, non?! Mais c'est comme pour toute interdiction finalement.

 

Parce que beaucoup de couples en mal de parentalité sont près à se tourner vers n'importe qui et n'importe quel pays pour cela. Alors qu'il existe des pays et des agences sérieuses pour s'occuper d'eux.

 

Sachez aussi (mais je suppose que vous le savez puisque vous connaissez le sujet et que vous vous êtes renseignés!) que, et c'est notamment le cas aux Etats-Unis et dans les pays européens autorisant la GPA (parce qu'encadrée!), les mères porteuses doivent avoir au moins 35 ans, être mariées, avoir déjà au moins un enfant en bonne santé, et ne plus en vouloir. Elles subissent également toute une batterie de tests et examens médicaux pour éliminer les risques de transmission de maladies génétiques et autres.

 

Et le plus important dans tout ça, c'est qu'elles le font VO-LON-TAI-RE-MENT. Personne ne les force. Elles sont au préalable vu par un psychiatre qui leur font signer un papier ainsi qu'à leur conjoint. Adultes conssentants, de part et d'autre d'ailleurs, ça vous parle ou pas?

 

Mais ça, c'est dans le cas des pays développés, bien sûr... Ce n'est pas le cas par exemple pour la Thaïlande.

 

Après, ces femmes le font pour différentes raisons. La plupart le font par altruisme, pour rendre service, parce qu'elles ont la chance de pouvoir enfanter. Quelles qu'en soient les raisons, qui sommes-nous pour juger ces femmes? Ce n'est pas à vous qu'on a demandé un bébé qui ira à un couple désireux, alors de quoi vous plaignez-vous? 

 

Et puis vous qui êtes contre cette pratique: avez-vous seulement vu les procédures et le temps nécessaires pour adopter? En avez-vous seulement conscience? Posez-vous la question de savoir si vous seriez prêts à entamer ce parcours, à endurer l'attente, les entretiens, les jugements (parce que ce n'est que ça finalement) à votre encontre, les questions gênantes et déstabilisantes, trop précises pour se dire que non, elles ne sont pas orientées, etc... Permettez-moi d'en douter.

 

Parlons aussi un peu du don d'ovocytes, qui baisse considérablement d'année en année en France et qui nécessite, tout comme l'adoption, des années d'attente. Si bien que beaucoup de femmes n'en font même plus la demande.

 

Pour appuyer mon opinion, qui ne date pas d'hier, je me range dans les rangs des soutiens à un éminent, courageux et infiniment respectable gynécologue et obstétricien alsacien en la personne d'Israël Nisand. Homme de convictions (quand on s'intéresse de près à son passé et son histoire familiale, il n'y a rien d'étonnant à cela), je crois que par ses fonctions et son expérience, il est très bien placé, le mieux sans doute, pour savoir de quoi il parle. Je suis son parcours, ses prises de position et ses engagements depuis plusieurs années maintenant. Il est la voix de ceux qu'on n'écoute pas. Et vous devriez vous y intéresser de plus près.

 

Je sais que vous ne changerez pas d'avis et ça tombe bien, parce que moi non plus!

 

Au final, si j'avais à choisir un jour entre l'adoption et une mère porteuse, je pense que vous pouvez avoir là une petite idée de mon choix...



07/08/2014
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres