jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

Zoom sur...

Section 100% découvertes qui cassent la baraque!


Les Médéores d'Ankaa

Screenshot_20200324_145534.jpg

 

Aujourd'hui, j'aimerais vous parler d'une belle découverte en matière de bijoux, lectures et soins énergétiques.

 

Autant vous prévenir tout de suite : si vous n'avez pas une certaine ouverture d'esprit couplée à un intérêt pour ce genre de chose, autant vous arrêter ici !

 

Pour les autres, soyez les bienvenus dans cet univers !

 

J'ai découvert les Médéores d'Ankaa par le biais de ma maman, il y a quelques mois de cela. Les Médéores d'Ankaa, c'est avant tout Stéphanie Abellan : une jeune femme talentueuse, professionnelle, efficace, dynamique, franche, drôle... et franchement drôle ! En témoignent ses stories, que je vous invite vraiment à suivre essentiellement sur son compte Instagram. Elle est également présente sur Facebook et sur sa chaîne Youtube.

 

Stéphanie crée, fabrique et conçoit différentes choses:

 

- de magnifiques bijoux énergétiques programmés avec différents soins

- des livres-soins énergétiques, eux aussi programmés pour différents soins (pour les grands, oui... mais pour les petits aussi)

- des soins collectifs ou individuels, en privé ou en direct

 

Je compte bien me procurer un de ces jours un de ses magnifiques bijoux. Néanmoins, concernant l'efficacité de ceux-ci, je peux attester que ça marche puisque j'ai constaté les effets sur ma maman.

 

Par contre, puisque c'est un peu mon rayon tout de même, je peux vous parler de ses quelques livres. J'en ai lu trois. Là encore, je confirme : ÇA MARCHE !!! Et plutôt très bien !

 

Dans sa bibliographie, j'ai testé:

 

- Le grand voyage : libération des 7 chakras par le pouvoir de l'intention, la visualisation et la lecture méditative

- La flamme d'Ankaa : soins énergétique de libération de la femme & amour de soi

- Les pensées d'Ankaa : déprogrammation de l'autosabotage et reprogrammation générale positive de vos pensées

 

IMG_20200320_212803.jpg
IMG_20200322_131234.jpg

 

Les avis postés sur son site par ceux qui ont essayé avant moi le disent bien et je pourrais résumer cela ainsi : attention, ça décoiffe !

 

Effectivement, à chaque lecture j'ai eu des effets différents dans les 72h après la lecture ! Des effets tantôt amusants, tantôt un peu gênants sur le moment. Ça allait de la soif qui frôlait la potomanie (6 L d'eau en 3 jours, en plus des autres liquides que je bois en une journée, c'est pas banal !), aux problèmes intestinaux et maux de tête essentiellement. Un peu dantesque, je dois bien l'avouer ! Mais un vrai bonheur à vivre les jours d'après puisqu'il y a un retour d'énergie phénoménal, une formidable sensation de libération et de lâcher prise !

 

Si vous avez des animaux, sachez que ça marche aussi pour eux. Je me suis inscrite il y a quelques jours à un soin énergétique dispensé pour nos amis de compagnie, à l'occasion de cette situation exceptionnelle que nous vivons avec le confinement. Depuis, mon petit chat est quelque peu transformé !

 

J'attends maintenant de pouvoir retourner chez ma maman pour lui piquer son exemplaire du livre intitulé "Karma bitch", dont évidemment, je vous parlerai ici sitôt que je l'aurai lu. Alors pourvu que ce confinement s'arrête bientôt, s'assouplisse du moins, parce que je suis très impatiente !

 

D'ici là, si vous souhaitez voir par vous-mêmes ce qu'elle fait, la découvrir, prendre connaissance de la faisabilité des soins selon votre situation de santé (il peut parfois y avoir quelques contre-indications),rendez-vous sur sa boutique en ligne, sur son site Internet.

 

L'essayer c'est l'adopter, vous dirais-je ! Alors n'hésitez plus, vous m'en direz des nouvelles !


24/03/2020
0 Poster un commentaire

Zoom sur... Mister Mat

mat.jpg

 

 

Rêveurs, rêveuses, c'est en ces temps troubles que je décide de reprendre la plume pour venir vous divertir, vous faire rêver, découvrir, comme j'ai toujours aimé le faire au travers de mes articles ici.

 

Rêver, penser à autre chose, on en a tous bien besoin. Mais ce soir je suis sacrément bien aidée avec la sortie album du jour !

 

En effet, c'est en ce 20 Mars 2020 que sort le premier album solo d'un certain Mister Mat...

 

Loin d'être novice, il a été durant plus de 10 ans le charismatique chanteur du groupe Mountain Men (que vous pouvez toujours écouter ici ou là, ça vaut le coup, c'est vachement bien !), bien connu des Isérois surtout. Avec à leur actif plus de 600 concerts en France et au-delà, autant vous dire que de la bouteille, il en a !

 

Néanmoins, c'est via une vidéo publiée par Gaëtan Roussel, dont je suis une fervente auditrice, que je l'ai découvert il y a seulement quelques jours. Coup de foudre immédiat ! Il était évident que je parlerais de son album ici.

 

Cet ancien rugbyman aux allures rudes s'avère être d'une sensibilité étonnante, tant dans sa voix que dans les textes (3 d'entre eux sur l'album ont été écrits par Gaëtan Roussel... et ça s'entend !). Une voix à la fois douce et forte, présente, atypique, chaleureuse. Et terriblement envoûtante !

 

L'album s'intitule "Désespérément optimiste", comme le titre sur lequel je l'ai découvert, disponible sur Youtube en version solo et duo.

 

Un titre d'actualité... Un titre et un album tout entier qui font du bien, virevoltants, légers, teintés d'une folk délicieuse rappelant les belles heures de ce style. Comment dès lors éviter de penser à Bob Dylan ? D'autant que Mat reprend sur son album un de ses titres, "The girl from the North Country". Tout comme il reprend également "Girls just want to have fun" de Cyndi Lauper (surprenant et sauvagement addictif !) et "Georgia on my mind", popularisée par l'interprétation légendaire de Ray Charles. Ne passez pas non plus à côté de "Jouer dans le vent", un bijou d'émotion. Mais s'il fallait comparer, mettre en parallèle, je vous avoue que j'ai tout de suite plus pensé à John Prine !

 

Toutefois, résumer cet album à un simple "style Dylan" serait bien insultant et injuste. Bien au contraire, Mister Mat s'approprie les codes du genre (folk, country, bluegrass) sans singer, sans forcer le trait, sans galvauder les reprises et le style non plus.

 

Il y installe un véritable univers personnel par lequel on est happé dès les premières notes et duquel on n'a plus du tout envie de sortir. On traverse un tunnel d'émotions diverses. Un vrai petit voyage le temps des 11 chansons !

 

Dans cet album, il y a la lumière, l'espoir. Une sorte de mélancolie résolument positive, tournée vers demain.

 

C'est ma délicate pépite vers vous en ce triste début de printemps qui pointe lentement le bout de son nez. Mais il faut être, comme il ne cesse de le dire "désespérément optimistes, car il n'y a que ça à faire !"...

 

N'hésitez pas à le suivre sur ses différents réseaux sociaux, vous allez être sous le charme très vite, c'est promis !


20/03/2020
0 Poster un commentaire

Zoom sur... Frédéric Bobin

ob_317b65_frederic-bobin-les-larmes-d-or.jpg

 

 

On le sait, le milieu artistique est difficile. Si une poignée d'Artistes sort son épingle du jeu, beaucoup d'entre eux restent confidentiels. Trop à mon goût. A l'heure où l'on se demande comment certaines soupes commerciales fonctionnent, quand j'ai le bonheur de découvrir au hasard des rencontres un Artiste qui me touche, j'ai d'autant plus de mal à comprendre pourquoi il n'est pas plus (re)connu. C'est le pourquoi de l'existence de cette rubrique, où j'aime y présenter des talents indépendants, éloignés de toute tendance mainstream

 

C'est le cas du creusotois Frédéric Bobin. Pourtant il n'est pas un débutant, non. Puisque cela fait déjà plus de quinze ans qu'il promène sa longiligne silhouette, avec sa poésie, sa culture, ses chansons et sa guitare qu'il porte en bandoulière tout autant que son cœur. Avec, notamment, de très belles premières parties à son actif.

 

Quand on écoute ses textes, sa voix franche mais douce, quand on discute avec lui, on ne peut pas ne pas s'insurger en se disant: "Mais pourquoi diable n’entendons-nous pas plus parler de lui?". Heureusement, un public fidèle s'y retrouve, soutient son travail et ça marche bien pour lui. Il faut dire que l'homme a une sacrée présence scénique, sait créer des interactions avec son public, a le contact facile.

 

J'ai vraiment été touchée par l'Artiste autant que par l'homme.

 

C'est une amie proche qui a eu le courage de me présenter sa musique (parce qu'il faut vraiment parler de courage, quand on connait mes goûts, plutôt assez loin en général du circuit musical français!). Alors même si j'avais vraiment aimé le titre qu'elle m'avait fait écouter en amont ("Tant qu'il y aura des hommes", en duo avec Kent), je confesse en rosissant des joues que je trainais quand même un peu la guibole sans rien montrer! 

 

Oui mais... mais voilà, la vie est surprenante parfois (sans doute autant que la sensibilité artistique de mes tympans!) et ô magie, ça a fonctionné! Oui, parfois la chanson française à textes fait montre de qualité, l'élitisme et le snobisme du bobo en moins!

 

A la faveur d'un concert privé chez l'habitant le 2 Mars 2019 à Marieulles (57), dans une ambiance chaleureuse façon auberge espagnole, j'ai accepté de suivre mon amie dans cette découverte, qui n'en est pas une pour elle qui connait très bien Frédéric Bobin.

 

L'Artiste venait y présenter devant des invités pour la plupart conquis d'avance, en solo guitare-voix, un set incluant d'anciens titres  - je vous recommande d’écouter sa discographie complète bien sûr, mais particulièrement la chanson "Tatiana sur le périph" - et surtout ceux de son troisième et dernier album en date, "Les larmes d'or", sorti le 26 Janvier 2018. C'est de cet album qu'on va parler ici.

 

Si vous me lisez régulièrement, vous savez donc que j'aime les mots. Que chez moi, un mot est un mot. Chacun se doit d'avoir une place précise, de choix, et on n'en remplace pas un par un autre. C'est la première qualité que j'ai relevée dans les textes de cet Artiste, qui en co-écrit l'ensemble avec son frère. A mots choisis et bien placés donc, les thèmes abordés sont souvent orientés sur la mélancolie, la nostalgie, le souvenir (comme mon coup de cœur absolu "La maison de mon grand-père" ou encore "Super 8"), parfois enrobés de quelques regrets, autant que d'espoirs. Mais je dirais que les chansons de Frédéric Bobin sont aussi faites pour réfléchir. Si elles ne sont pas engagées, elles sont au moins très engageantes et reflètent un certain climat social, politique (la magnifique "Tant qu'il y aura des hommes", dont je parlais plus haut, en duo avec le chanteur Kent) ou dépeignent des portraits de laborieux ordinaires avec un je-ne-sais-quoi d'atypique ("Jimmy"). Il y a en lui un peu de Lavilliers, de Sheller. Du moins ai-je trouvé. Je m'arrêterai là pour les comparaisons, n'étant pas assez pointue en ce domaine et ne voulant pas dire de choses trop hasardeuses et fausses. Puis il y a le son. On y croise pas mal de folk. "A la Dylan, Willie Nelson, John Prine ou Springsteen", pourrais-je résumer vulgairement et en collant cette fameuse étiquette toute française. Mais ce serait réducteur. Pourtant, c'est sans doute ça qui a fait que mon oreille s'est accrochée, amatrice de différents Artistes et courants de musiques américaines que je suis. Au total, ce sont douze histoires et autant de destins à découvrir dans cet écrin.

 

Ce beau travail est souligné et magnifié sur l'album par de délicates instrumentations (des guitares électriques, acoustiques et slide, du piano, du violoncelle, de la contrebasse, de l'harmonica, entre autres) qui ne prennent jamais le pas sur le propos et la voix.

 

Tout cet ensemble, je peux vous dire que c'est classe, très classe. Avec le printemps en approche, je suis contente d'avoir cet album avec moi. Il s'avère être dansant et léger par ses mélodies, émouvant et sensible par ses paroles.

 

Frédéric Bobin n'est pas seulement un Artiste. Un artisan même. Il est aussi et surtout un être humain qui, par son Art et sa personnalité, remet un nombre incalculable de choses positives, de valeurs et de réalités simples du quotidien à leur juste place. Citons pêle-mêle l'humilité, l'humanité, la simplicité, le courage, la persévérance, la douceur, la poésie... Cette liste n'étant pas exhaustive. Au-delà de son évident talent, il impressionne pour ça. Des qualités rares et précieuses par les temps qui courent... Sur le chemin du retour, je disais encore à mon amie: "Il en faudrait plus des mecs comme lui. Il est du genre de ceux qui font du bien à l'Humanité."...

 

J'aime les gens libres, passionnés, cultivés, courageux. A n'en pas douter, c'est ce mélange de parfums-là, qu'il porte à merveille, que j'ai aimé chez lui, en plus de ses chansons. 

 

Si vous voyez qu'il passe par chez vous, n'hésitez pas, foncez le voir. Vous serez bien en sa compagnie, promis! 

 

Si vous souhaitez suivre son actu, rendez-vous sur son site web et sa page Facebook principalement, bien qu'il soit aussi présent sur Twitter et Instagram.

 

Et le printemps peut arriver...


08/03/2019
0 Poster un commentaire

Zoom sur... Eden Dark

20953603_1575702682505193_947761540622565371_n.jpg(Crédit photo: Thomas O'Brien)

 

 

Attention, OVNI! Comme la majorité des découvertes que vous trouverez dans cette section, c'est sur Facebook que les choses ont commencé, avec un lien sponsorisé que j'ai vu défiler dans mon fil d'actualité, il y a déjà plusieurs mois de cela. Ma curiosité me chatouillant toujours, j'ai décidé de cliquer. Et là, c'est un univers unique qui s'est ouvert à moi...

 

En effet, Eden Dark n'est pas un Artiste comme les autres. De lui, on ne connait quasiment rien. Le visage dissimulé derrière un masque immaculé demeure un mystère. Un mystère qui pourrait passer pour une coquetterie capricieuse et prétentieuse, mais qui se trouve bienvenu pour moi! J'aime bien cette idée de tout cacher, jusqu'au visage. Ainsi, il supprime les artifices et force à se concentrer sur l'essentiel: la teneur de ses propos et sa voix grave, profonde. Tout juste sait-on qu'il est originaire d'Avignon.

 

Sa musique, elle, est à son image: mystérieuse, percutante. Il est ce que je pourrais appeler un Artiste conscient. Car Eden Dark, contrairement à la majorité des Artistes qui chantent pour faire rêver, chante pour éveiller les consciences, questionner, bousculer. Le tout sur des airs rythmés, à tendance rock agrémentés d'un beat efficace et un chant parfois slammé. Sa musique est comme lui, dark, presque militante pourrais-je dire. Et tout le contraire de l'Eden. L'ambivalence du pseudonyme me plait tout autant pour ces nuances, qu'il offre à travers son art à qui veut bien le recevoir.

 

Mais Eden Dark ne saurait se contenter d'un seul art. Autodidacte et touche-à-tout, il s'est aussi lancé dans la peinture. Elle lui sert à illustrer ses chansons.

 

lhomme-qui-avait-mal-aux-autres-1549453367-581-2019-02.jpgUne de ses toiles, intitulée "L'homme qui avait mal aux autres"

 

Je m'arrête quelques instants en fronçant le sourcil droit devant mon écran... Je vous disais plus haut que sa musique était loin de l'Eden et je vais me corriger! Si de prime abord elle dépeint effectivement une société de con(-)sommation bien triste et noire, croquant les travers les plus méprisables de l'être (in)humain et de la vie, ne serait-ce pas justement pour inviter à réfléchir, pour prendre conscience et inciter au changement, à la construction d'une nouvelle société, bien plus juste, équilibrée, libre, humaine, vivable, au climat plus apaisé et apaisant? Vous avez quatre heures! Pour ma part, j'aime à le croire... Je le ressens profondément humain, humaniste.

 

J'aime cette idée qui voudrait que tant qu'on gueule c'est qu'il y a de l'espoir, donc de la vie. Alors finalement, cette apparente noirceur est peut-être un mal pour un bien.

 

Si vous voulez en apprendre plus sur son univers, voici son site internet où retrouver toutes les références de sa présence sur le Net (Facebook, Twitter, Youtube), ainsi que son site dédié à ses peintures et son compte Instagram.

 

Vous avez envie d'un art différent?! C'est vers lui qu'il faut aller!


08/02/2019
0 Poster un commentaire

Zoom sur... Antoine Elie

antoineelie.jpg

 

Il y a des découvertes qu'il faut partager sans attendre. Comme une urgence. L'urgence de la beauté, de la violence, de la belle musique, des sentiments et des mots magnifiés sous la plume et la voix d'un inconnu qu'on espère momentané.

 

On fustige souvent les réseaux sociaux. Mais ils ont du bon parfois. Une simple publication sponsorisée qui défilait par hasard dans mon fil d'actualité il y a quelques semaines aura tout changé. Dans celle-ci, une référence à Cali. En bonne admiratrice de son travail, je me dis que quelqu'un qui mentionne et a croisé la route de Cali ne peut pas être mauvais ou faire du mauvais boulot. Alors je décide de me rendre sur la page. Cette page, c'est celle d'Antoine Elie. Et là...

 

Antoine Elie a 28 ans, il est originaire de Rouen. Il a longtemps chanté dans les bars et le métro. Jusqu'à réussir à être finaliste d'un concours national de chant. Les choses étaient ensuite lancées...

 

C'est ainsi qu'en me rendant sur sa page Facebook, je découvre un titre: "Aïe". J'étais foutue, j'étais prise dans le tourbillon. Ce clip est indéniablement marqué par un extrême esthétisme. Du noir et blanc, des mouvements lents, amples. On peut difficilement faire plus simple et complexe à la fois. Musicalement aussi, c'est un ravissement: une voix rocailleuse, atypique comme j'aime. Des sonorités à la fois épurées mais tellement recherchées, entre chanson française, trip hop et rock. Et tout ça vous enveloppe, vous colle au cerveau, remplit votre esprit. C'est addictif. Ça finirait presque par devenir obsessionnel.

 

Si on parle des thèmes, on peut dire qu'ils sont universels, violents, grandioses, poétiques. Seul un écorché vif pouvait les développer ainsi. Ça parle d'amour, de haine, de détestation de soi et des femmes lorsqu'on est dans le désespoir sentimental. Le moins qu'on puisse en dire c'est que rien dans son art ne peut laisser indifférent, tant il est sans concession. L'homme, autant que sa musique, est puissant, viril, révolté, voire survolté, pétri de doutes et de souffrances. Il règne ici comme une tension animale, sensuelle, presque sexuelle.

 

Ces derniers jours, un EP 5 titres est enfin sorti. Il est disponible sur toutes les plateformes de téléchargement légal (Deezer, Spotify, etc.). Vous vous DEVEZ d'aller jeter une oreille et un œil, voire même vos paires, sur ces cinq bijoux.

 

Je parie tout ce que j'ai qu'à force de diffuser sa musique, il finira haut, très haut. En tout cas moi, c'est mon coup de cœur de ce début d'année 2018. Un coup de cœur comme j'en ai rarement, comme je n'en avais plus eu depuis des lustres...


26/01/2018
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser