jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

"Loud like love": l'effet Placebo, ça marche!

placebo_loud-like-love.jpg

 

Placebo - Loud like love (version spéciale piano-voix pour "C à vous", France 5)

 

Rêveurs, rêveuses, je vous présente l'album qui doit et va vite, j'en suis sûre, devenir votre indispensable! Je vous le dis tout net, Loud like love est pour moi le meilleur album du groupe, qui fleure bon la maturité.

 

Placebo revient 4 ans après leur dernier album et de grosses turbulences en son sein.

 

Et c'est un retour ô combien réussi, bien loin des critiques acerbes, voire moqueuses et bien injustifiées que j'ai pu lire ici ou là.

 

En effet, j'ai au contraire trouvé que le groupe semble avoir entamé un virage dans l'approche de leur musique, laissant de côté l'esprit provoc' (ou en tout cas bien plus de côté qu'avant) dont ils avaient fait leur credo dans leurs précédents albums, préférant mettre en avant des thèmes comme la finance, l'amour qui se finit, la descente aux enfers avec l'alcool, la virtualité des relations, etc..., avec sensibilité, humour parfois . En ayant gardé ce même gros son lourd et puissant (sur "Scene of the crime", notamment), l'instrument se fait toutefois plus discret, au profit de la voix "magico-atypique" du leader: le sexy, charismatique et charmant Brian Molko.

 

Cette voix justement: elle manquait terriblement, amatrice de voix hors du commun que je suis, vous le savez maintenant. Molko, cultivant l'art de l'androgynie avec classe, sert les morceaux de cet album avec toujours ce même grain qui transporte ailleurs et cette façon de prononcer l'anglais comme personne.

 

Dans cet album, rien à jeter, tout à écouter! Mais j'ai eu mes préférences, et quelques morceaux ressortent haut la main: en premier ligne, les excellents "Too many friends" et "Loud like love" (dont la version piano-voix que je vous ai mis plus haut est juste à tomber, mais malheureusement pas sur le CD), un "Rob the bank" bien rock et au message plutôt... spécial (!). Mais plus que tout, le morceau de fermeture "Bosco" achève de mettre les larmes aux yeux, tant pour l'instrumentation que pour la voix que ce cher Brian pose dessus, que pour le message, magnifique, prenant, pesant. C'est sans conteste mon coup de coeur.

 

En résumé, cet album est frais, rythmé, et on se surprend à le réécouter en boucle parce que les mélodies sont entêtantes et qu'on n'a pas envie que l'enchantement passe... Vivement l'annonce de quelques concerts pour vivre la magie en live!



11/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres