jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

27 Juin 2014: Indochine et leur Black City Concert au Stade de France

indochine_au_stade_de_france_2014_affiche.jpg

 

Pour une 4ème fois, je décidais de ma première fois...

 

Moi aussi maintenant je peux dire:"J'y étais...!"

 

C'est le Vendredi 27 Juin 2014 que j'ai enfin eu l'occasion, grâce à un couple vraiment chouette qui a accepté de m'emmener avec eux, d'aller voir Indochine au Stade de France pour une de leurs 2 dates au Stade de France, alors que j'avais raté 2010.

 

Une soirée dont j'ai rêvé, que j'attendais impatiemment depuis l'arrivée de mon billet un an auparavant. Et vraiment, c'était le concert de l'année!

 

Bracelets au poignet, que la route fut longue depuis 11h le matin...! Route émaillée de musique et de rires.

 

Arrivée sur le lieu du concert, je prends place dans la très longue file d'attente. Pas d'inquiétude ni de précipitation: j'ai une place assise, très bien placée d'ailleurs. C'est l'heure de l'ouverture des portes.

 

Je dois signaler ici l'excellente organisation mise en place par le Stade de France. Je passe au portique de sécurité, à la fouille et aussitôt une hôtesse se dirige poliment et avec le sourire vers moi. Je suis prise en charge soigneusement, cette charmante jeune fille m'ayant amenée à ma place par l'ascenseur. Elle reviendra me chercher à la fin, où nous discuterons un peu en riant. Alors message aux personnes à mobilité réduite: c'est sans aucun doute galère pour accéder au Stade, mais une fois sur place n'ayez crainte! Vous pouvez vous y rendre sans vous priver pour voir votre artiste préféré, aucun risque de vous perdre, de ne pas trouver votre place, de ne pas pouvoir accéder dignement à celle-ci ou de vous faire bousculer, à l'entrée comme à la sortie!

 

Il est un peu plus de 18h, je patiente sur mon siège après avoir essuyé une bonne averse pendant quelques minutes. Sur mon siège justement, j'y trouve en arrivant un bracelet lumineux à craquer, avec une notice qui indique que le signal pour le faire viendra du groupe. Ah! Une surprise se prépare! Mais nous étions prévenus déjà que ce Stade serait au-dessus de tout! Je passerai sur les première et deuxième parties, que je n'ai pas appréciées.

 

21h15: les boys arrivent enfin! Des images diffusent leur entrée sur scène. Ils déboulent souriants, saluant le public sous les cris. Et là, c'est un peu plus de 2h30 de magie et de réelle communion qui se déroulent sous mes yeux!

 

Entre un décor recréant cette fameuse Black City trônent 2 écrans géants incurvés permettant de suivre le spectacle au plus près, mais j'avoue que mes yeux ont du mal à se détacher de la scène sur laquelle évolue le groupe. De ma place, je les vois sans aucune obstruction. ça me semble loin sans l'être trop non plus.

 

Mais ça c'est un des secrets de la magie Indo et qui en fait leur force: rendre intime un lieu immense. Effectivement, comme à chaque fois, j'ai cette impression que chaque chanson s'adresse personnellement à chacun de nous. J'ai cette impression de proximité, de chaleur et d'intimité.

 

Confettis, flammes, lumières, ballons colorés, images projetées, danseuse qui évolue sur scène le temps d'une chanson avec la légèreté d'un papillon se posant sur une fleur... Chaque tableau est une merveille de couleurs, d'émotions accompagnées d'un son comme seuls eux sont capables d'en produire. J'en prends plein les yeux et les oreilles.

 

Nico, lui, est en forme et n'a de cesse de remercier, s'incliner devant nous. Tout au long du concert, il fait participer le public et évolue avec une émotion sincère, perceptible à chaque instant.

 

Moi je chante à plein poumons, je hurle, je m'agite, lève les bras, le sourire vissé aux lèvres et souvent les larmes au bord des yeux. Pourquoi? Parce que certaines chansons me parlent, me rappellent un passé, un présent et préfigurent peut-être même d'un avenir.

 

Oh, tiens, mais que vois-je là?! Une caméra! 4 chansons entières durant, le caméraman, visiblement amusé par mon enthousiasme, restera devant moi à me filmer! Car oui, ce concert est capté pour diffusion TV en Septembre, pour le DVD aussi. L'heure de gloire serait-elle proche, amis rêveurs?! ;-)

 

La soirée continue de plus belle et voilà que notre Nicola, toujours très en forme, décide d'aller faire un tour dans les gradins! Décidément, il n'a peur de rien ni personne et n'a sans doute pas été déçu! A son passage, des mains l'agrippent, espérant pouvoir saisir quelques secondes ne serait-ce qu'un cm² de peau ou de tissu de celui que certains considèrent comme un Dieu! D'autres lui tendent leur boisson pour le désaltérer. Je prends les paris qu'il reviendra sur scène sans chemise! Je suis sur l'écran géant cette progression, le coeur prêt à exploser et l'esprit encore envieux de la jeune fille qui a pu passer quelques minutes allongée sur scène à ses côtés, main dans la main ou blottie dans ses bras! Je continue de vibrer au rythme de ses mercis et de ses relances à base de "Yeah!" et de "Shay!" soutenues par guitares et batterie, qui ont le don de me faire hurler de bonheur!

 

Tandis que je frôle la crise cardiaque, les contours du Stade de France commencent à littéralement s'embraser de part et d'autre. Et lorsque ces 2 cordes enflammées se rejoignent, c'est l'explosion sur "L'Aventurier"!

 

Je profite encore à fond de ce qui sera les dernières minutes du concert.

 

Puis les boys viennent au-devant de la scène, saluent, s'inclinent, font des signes de la main de tout côté et le spectacle est fini...

 

J'attends que la jeune hôtesse revienne me chercher en me disant que non, ce n'est pas possible qu'Indo ne fasse plus de concert. Il nous faut d'autres albums, d'autres concerts, il ne peut en être autrement. Partout c'est Indo ma vie... Voilà des mots qui sonnent plus que jamais justes. Depuis 11 ans maintenant, le groupe m'accompagne dans les bons ou les mauvais moments de la Vie. Je m'y trouve, m'y retrouve, m'y réjouis ou m'y réfugie depuis tout ce temps. Putain la vie est belle...

 

Ce fut une excellente soirée, une de celles qui ne s'oublie pas.

 

Mais je me faisais aussi une autre réflexion, beaucoup moins cool, au sujet des fans cette fois. ça ne m'a pas gâché ma soirée, très loin de là, mais je trouve ça dingue. Voyez-vous, j'ai fait pas mal de concerts, que ce soit Indo ou d'autres. Lors de concerts de ces autres artistes justement, à chaque fois, bavarde et joyeuse que je suis, j'ai toujours pu nouer des contacts, qui ont perduré ou non au-delà de la soirée, mais qui ont en tout cas fait naitre des conversations franchement sympas.

 

Malheureusement, à chaque fois, et je dis bien à chaque fois que je vais voir Indo, je constate avec regret la même chose: outre le fait que le fan d'Indo soit prêt à écraser tout le monde sans scrupule en courant pour avoir SA place aux crash barrières, il semble aussi renfermé sur lui au point de ne pouvoir ni renvoyer un sourire, ni montrer un quelconque signe d'ouverture à l'Autre. Dès lors, il est impossible d'échanger le moindre mot. Plus grave encore, le fan d'Indo lance des regards bêtes avec une certaine animosité. Souffrirait-il d'intolérance? Cela ne va-t-il pas totalement à l'encontre des valeurs prônées par Nicola Sirkis (respect de l'autre, amour, communication, fraternité, ...)? N'ont-ils pas alors comme une impression d'incohérence? La fameuse "IndoFamily" ne serait qu'une illusion? Bref, niveau ambiance entre fans, je suis à chaque fois déçue...

 

Cela dit, ce fut une soirée mémorable que je suis prête à revivre dès que l'occasion se représentera! Non mais!

 

Amis rêveurs, j'espère avoir modestement à travers mes mots provoqué chez vous quelques frissons! Qui ne seront pas aussi intenses que ceux qui m'ont parcourus, certes, mais des frissons tout de même! Ce 27 Juin, les Dieux du Stade, se furent eux, définitivement!



06/07/2014
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres