jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

Le retour d'un MC et sa poésie

mc-solaar-geopoetique-double-lp-vinyl-album_1_0.jpg

 

A vous qui me lisez, fidèlement ou plus occasionnellement, sachez que je suis infiniment contente depuis le 3 Novembre 2017. En effet, c'est à cette date qu'est sorti le nouvel album du Pape du rap, le grand MC Solaar. Un album qu'il a choisi d'intituler "Géopoétique".

 

Il a fallu patienter dix ans! Dix ans pour tenir enfin entre les mains cet opus dont je me demandais impatiemment ce qu'il pouvait bien contenir.

 

A l'écoute, la magie poétique opère plus que jamais, aussi fortement que lorsque j'écoutais "Caroline" ou "Solaar pleure". Et pour cause, l'intro fait un agréable rappel à d'anciens titres!

 

S'il a quelque chose de délicieusement vintage, cet album est toutefois résolument moderne, urbain. Moderne par ses sonorités d'abord, qui mélangent habilement le jazz, le funk ou bien encore l'électro. Par son écriture ensuite.

 

Elle est moderne par les thèmes abordés et pour lesquels il se pose en observateur de son époque. Comme toujours avec le Maître, c'est riche, complexe en termes de rythmes, de références culturelles et de vocabulaire. Évidemment, il y a aussi cette spiritualité qui plane sur ses textes et qu'il distille par touches subtiles dans ses vers. Parfois il y a de l'humour, du cynisme. A une juste dose.

 

Quant à son flow, comment vous dire?! C'est impeccable, limpide, c'est aussi léger, aérien et musical qu'avant. Pour tout dire, il m'a toujours impressionné pour ça.

 

Lorsqu'on écoute MC Solaar, on n'écoute pas des chansons. Non. Mais on assiste véritablement au déroulement d'un scénario, d'une histoire unique et réaliste, d'un pan de vie. Des histoires ordinaires au fond, déclamées avec un petit quelque chose d'extraordinaire, dans lesquelles il arrive systématiquement à nous faire glisser.

 

Alors lorsqu'il dénonce certaines dérives, comme c'est le cas dans "L'Attrape-nigaud", il reste classe, posé, doux même.

 

Au-delà des considérations musicales, il est donc resté fidèle à sa ligne de conduite qu'il a depuis ses débuts, et qui consiste à penser que la musique, plutôt que d'exacerber des tensions, se doit au contraire, selon la formule consacrée, d'adoucir les mœurs.

 

Du côté de mes préférences, je ne saurais pas vous dire quel titre est meilleur qu'un autre, tant ils sont tous intéressants. Mais il est vrai que pour moi, trois morceaux se détachent malgré tout du lot: "Eksassaute", "Adam & Eve" et enfin "Sonotone", qui avait été le premier titre dévoilé sur les ondes avant la sortie de l'album.

 

J'aimerais maintenant pouvoir le voir sur scène. Le poète sera sur la scène du Zénith de Nancy à Maxéville le 9 Novembre 2018.

 

A l'heure où l'image du rap est franchement malmenée, pour ne pas dire salie, par tout un tas de guignols à l'écriture aussi pauvre et douteuse que leurs mœurs, qui ont l'auto-tune facile et lourd, qui sévissent dans le paysage musical français, son retour fait un bien fou. Il donne encore une fois une leçon de rap, dans ce que ce genre a de plus pur, de plus vrai. Une façon d'asseoir son statut de leader incontesté et incontestable du genre. Et aussi de redonner ses lettres de noblesse à un style de musique codifié, injustement boudé, dénigré, caricaturé, moqué...



26/01/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 47 autres membres