jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

Cali en terres bretonnes

CALI-_3404376870923746072.jpg

 

Que ne ferait-on pas pour assister à un spectacle de Cali! Celui-ci m'aura emmené sur quelques belles routes de France, d'Est en Ouest. Ce seul en scène, alors qu'il m'a mené à Paris le 13 Mars, m'emmène cette fois sur des terres que j'aime profondément et depuis longtemps: la Bretagne.

 

Puisque rien ne m'effraie, dix heures de bus plus tard, me voilà arrivée la veille du concert. Ce Dimanche 26 Mars promettait d'être beau et joyeux, grâce aux retrouvailles et nouvelles amitiés qui se créées avec un certain nombre de fans de la désormais célèbre "Bande à Cali", mais aussi, en bonus, des retrouvailles avec une amie de lycée.

 

Je ne dénoncerai personne, mais un des piliers de notre bande nous a honteusement lâché pour d'obscures raisons éthyliques! Allez, on ne dira rien, sinon qu'il va devoir sérieusement se surpasser pour se rattraper une prochaine fois!

 

Nous avions prévu un pique-nique qui s'est avéré joyeux et festif, sur un coin d'herbe autour de la salle Glenmor où se déroulait le concert à 17h. Le soleil était au rendez-vous, sous ce vent frais qui ne nous a pas enlevé ni notre bonne humeur ni notre plaisir d'être ensemble. Nous étions heureux, c'est tout.

 

Dans cette salle, au premier rang collé à la scène, Cali nous apparait enfin. Désormais, nous connaissons le spectacle par cœur, des anecdotes aux chansons, que nous fredonnons ou chantons à pleins poumons d'un bout à l'autre, sourire aux lèvres ou larmes aux yeux. Pourtant, à chaque fois le spectacle est différent grâce aux capacités d'improvisation phénoménales d'un Cali qui tantôt répond (et se fait victime de fous rires aussi!) aux plaisanteries de quelques spectateurs, tantôt s'adapte aux régions qu'il traverse! Ils furent épiques ces quelques mots en breton!

 

L'occasion aussi d'entendre encore et encore deux titres inédits ne figurant pas sur l'album, que sont "Ils sont venus la chercher" et "L'exil". Je ne m'en lasse pas. Quel plaisir de pouvoir continuer à apprécier les paroles de ses chansons qui touchent au cœur et parlent à tout le monde. Alors que jusque-là, bien qu'émue, je n'avais jamais lâché une seule larme sur les 3 dates précédentes, cette fois les vannes se sont ouvertes et je n'ai plus pu les retenir lorsqu'il a entamé les premières notes de "Sweetie", une de mes chansons préférées de son dernier album. Mais je crois bien que je n'ai pas été la seule ce jour-là à avoir versé des larmes, qu'elles soient de bonheur ou de souffrance...

 

Du côté de la prestation livrée ce soir-là par Cali, il n'y a toujours rien à redire: que ce soit une grande salle parisienne ou une salle de province plus modeste, il est complètement engagé dans ce qu'il dit et ce qu'il fait, se donne à 100%. Il ne connait pas l'économie, l'à peu près. Il ne bâcle jamais un spectacle.

 

A l'issue de la représentation, c'est toujours avec un immense plaisir sans cesse renouvelé que nous retrouvons Cali pour une séance autographes-photos-discussions avec un verre à la main. Ces moments avec lui sont comme des bulles de bonheur qui prolongent l'instant musical, emplis de chaleur humaine, d'humour, de tendresse et de bienveillance. A son image, en fait. En prime, la complicité avec ses fans enfants et ados se regarde avec émotion.

 

Il ne me reste qu'une date avant de refermer la page de cette parenthèse enchanteresse. J'en suis déjà triste et nostalgique par avance. Mais heureusement, d'autres moments de folie sont à prévoir avec la reprise d'une tournée électrique que nous attendons impatiemment cet été. C'est le principal dans cette histoire qui nous lie tous, mes Calicopains, Calicopines et moi, à notre "Fournisseur Officiel de Vie et de Bonheur", comme j'aime à l'appeler...



29/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres