jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

Zoom sur... Frédéric Bobin

ob_317b65_frederic-bobin-les-larmes-d-or.jpg

 

 

On le sait, le milieu artistique est difficile. Si une poignée d'Artistes sort son épingle du jeu, beaucoup d'entre eux restent confidentiels. Trop à mon goût. A l'heure où l'on se demande comment certaines soupes commerciales fonctionnent, quand j'ai le bonheur de découvrir au hasard des rencontres un Artiste qui me touche, j'ai d'autant plus de mal à comprendre pourquoi il n'est pas plus (re)connu. C'est le pourquoi de l'existence de cette rubrique, où j'aime y présenter des talents indépendants, éloignés de toute tendance mainstream

 

C'est le cas du creusotois Frédéric Bobin. Pourtant il n'est pas un débutant, non. Puisque cela fait déjà plus de quinze ans qu'il promène sa longiligne silhouette, avec sa poésie, sa culture, ses chansons et sa guitare qu'il porte en bandoulière tout autant que son cœur. Avec, notamment, de très belles premières parties à son actif.

 

Quand on écoute ses textes, sa voix franche mais douce, quand on discute avec lui, on ne peut pas ne pas s'insurger en se disant: "Mais pourquoi diable n’entendons-nous pas plus parler de lui?". Heureusement, un public fidèle s'y retrouve, soutient son travail et ça marche bien pour lui. Il faut dire que l'homme a une sacrée présence scénique, sait créer des interactions avec son public, a le contact facile.

 

J'ai vraiment été touchée par l'Artiste autant que par l'homme.

 

C'est une amie proche qui a eu le courage de me présenter sa musique (parce qu'il faut vraiment parler de courage, quand on connait mes goûts, plutôt assez loin en général du circuit musical français!). Alors même si j'avais vraiment aimé le titre qu'elle m'avait fait écouter en amont ("Tant qu'il y aura des hommes", en duo avec Kent), je confesse en rosissant des joues que je trainais quand même un peu la guibole sans rien montrer! 

 

Oui mais... mais voilà, la vie est surprenante parfois (sans doute autant que la sensibilité artistique de mes tympans!) et ô magie, ça a fonctionné! Oui, parfois la chanson française à textes fait montre de qualité, l'élitisme et le snobisme du bobo en moins!

 

A la faveur d'un concert privé chez l'habitant le 2 Mars 2019 à Marieulles (57), dans une ambiance chaleureuse façon auberge espagnole, j'ai accepté de suivre mon amie dans cette découverte, qui n'en est pas une pour elle qui connait très bien Frédéric Bobin.

 

L'Artiste venait y présenter devant des invités pour la plupart conquis d'avance, en solo guitare-voix, un set incluant d'anciens titres  - je vous recommande d’écouter sa discographie complète bien sûr, mais particulièrement la chanson "Tatiana sur le périph" - et surtout ceux de son troisième et dernier album en date, "Les larmes d'or", sorti le 26 Janvier 2018. C'est de cet album qu'on va parler ici.

 

Si vous me lisez régulièrement, vous savez donc que j'aime les mots. Que chez moi, un mot est un mot. Chacun se doit d'avoir une place précise, de choix, et on n'en remplace pas un par un autre. C'est la première qualité que j'ai relevée dans les textes de cet Artiste, qui en co-écrit l'ensemble avec son frère. A mots choisis et bien placés donc, les thèmes abordés sont souvent orientés sur la mélancolie, la nostalgie, le souvenir (comme mon coup de cœur absolu "La maison de mon grand-père" ou encore "Super 8"), parfois enrobés de quelques regrets, autant que d'espoirs. Mais je dirais que les chansons de Frédéric Bobin sont aussi faites pour réfléchir. Si elles ne sont pas engagées, elles sont au moins très engageantes et reflètent un certain climat social, politique (la magnifique "Tant qu'il y aura des hommes", dont je parlais plus haut, en duo avec le chanteur Kent) ou dépeignent des portraits de laborieux ordinaires avec un je-ne-sais-quoi d'atypique ("Jimmy"). Il y a en lui un peu de Lavilliers, de Sheller. Du moins ai-je trouvé. Je m'arrêterai là pour les comparaisons, n'étant pas assez pointue en ce domaine et ne voulant pas dire de choses trop hasardeuses et fausses. Puis il y a le son. On y croise pas mal de folk. "A la Dylan, Willie Nelson, John Prine ou Springsteen", pourrais-je résumer vulgairement et en collant cette fameuse étiquette toute française. Mais ce serait réducteur. Pourtant, c'est sans doute ça qui a fait que mon oreille s'est accrochée, amatrice de différents Artistes et courants de musiques américaines que je suis. Au total, ce sont douze histoires et autant de destins à découvrir dans cet écrin.

 

Ce beau travail est souligné et magnifié sur l'album par de délicates instrumentations (des guitares électriques, acoustiques et slide, du piano, du violoncelle, de la contrebasse, de l'harmonica, entre autres) qui ne prennent jamais le pas sur le propos et la voix.

 

Tout cet ensemble, je peux vous dire que c'est classe, très classe. Avec le printemps en approche, je suis contente d'avoir cet album avec moi. Il s'avère être dansant et léger par ses mélodies, émouvant et sensible par ses paroles.

 

Frédéric Bobin n'est pas seulement un Artiste. Un artisan même. Il est aussi et surtout un être humain qui, par son Art et sa personnalité, remet un nombre incalculable de choses positives, de valeurs et de réalités simples du quotidien à leur juste place. Citons pêle-mêle l'humilité, l'humanité, la simplicité, le courage, la persévérance, la douceur, la poésie... Cette liste n'étant pas exhaustive. Au-delà de son évident talent, il impressionne pour ça. Des qualités rares et précieuses par les temps qui courent... Sur le chemin du retour, je disais encore à mon amie: "Il en faudrait plus des mecs comme lui. Il est du genre de ceux qui font du bien à l'Humanité."...

 

J'aime les gens libres, passionnés, cultivés, courageux. A n'en pas douter, c'est ce mélange de parfums-là, qu'il porte à merveille, que j'ai aimé chez lui, en plus de ses chansons. 

 

Si vous voyez qu'il passe par chez vous, n'hésitez pas, foncez le voir. Vous serez bien en sa compagnie, promis! 

 

Si vous souhaitez suivre son actu, rendez-vous sur son site web et sa page Facebook principalement, bien qu'il soit aussi présent sur Twitter et Instagram.

 

Et le printemps peut arriver...



08/03/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres