jolismots-et-doucesnotes

jolismots-et-doucesnotes

Cali au Bataclan

image1.JPG

 

Cette soirée du 13 Mars 2017, comme d'autres fans de la première heure, je l'attendais avec impatience. Vous me direz, je suis toujours impatiente lorsque j'attends une soirée de concert avec Cali. Oui, mais là, c'était légèrement différent...

 

J'ai pourtant longtemps hésité avant de prendre mon billet. Une espèce d'appréhension me gagnait rien qu'à l'idée de me rendre sur ce lieu pourtant mythique, qui a vécu des heures bien sombres un certain soir du 13 Novembre 2015...

 

Et puis je me suis dit qu'il était important que la musique continue de résonner, important aussi que nous allions soutenir cette salle. Y aller pour voir mon Artiste préféré était une très belle occasion pour ça.

 

Un sentiment bizarre m'a envahi dès l'arrivée dans ce Boulevard Voltaire en milieu d'après-midi. Un sentiment d'oppression, de peur, qui ne me quittera que tard dans la soirée. Alors on parle, beaucoup, pour tromper tout ça. Je suis néanmoins contente de retrouver quelques membres de cette Bande à Cali que j'ai toujours plaisir à retrouver sur l'une ou l'autre des dates d'une tournée, et qui m'offrent de très bons moments de rire.

 

Quand vient l'heure d'entrer dans la salle, c'est une nouvelle vague d'appréhension qui me gagne, moi et quelques autres. Assise au premier rang juste devant le micro, je jette un regard derrière moi pour jauger de la distance entre mon siège et la porte à l'arrière. Puis mes yeux se portent sur ma gauche. J'ai une vue directe sur cette issue de secours. Celle-là même que je ne quitterai des yeux qu'en milieu de première partie...

 

La première partie démarre d'ailleurs. C'est Annika & The Forest qui s'en charge. Une première partie logique, puisqu'elle a chanté en duo avec Cali sur son dernier album sur le titre "Le Mariage". Vous le savez, je ne suis pas très amatrice de voix féminines en dehors de quelques grands noms qui ont accompagné mon enfance et mon adolescence. Pourtant, je me surprends à adorer cette femme venue jouer en duo avec une talentueuse violoncelliste. Ces grands noms, elle me les a rappelés justement. Je vous reparlerai de cette Artiste qui porte en elle les grandes références du rock au féminin. J'y ai retrouvé Dolores O'Riordan, Alanis Morissette ou encore Sharleen Spiteri ou Massive Attack. J'avoue que j'en aurais bien repris un peu!

 

C'est à présent au tour de Cali de venir dérouler une fois de plus le fil de sa vie, alors que ça y est, enfin, l'appréhension m'a totalement quittée.

 

On pourrait croire que ce spectacle de Cali est toujours le même mais c'est bien mal le connaître! Je ne l'avais pas revu depuis les deux premières dates de la tournée que je vous avais racontées ici. Comme c'est un homme plein de surprises, au fil du spectacle je découvre qu'il a ajouté de nouvelles anecdotes, toujours plus drôles, alors qu'on rit encore franchement de celles qu'on a déjà entendues! L'émotion, elle aussi, est décuplée par rapport aux autres dates. Certaines chansons, déjà prenantes, le sont d'autant plus. Cali, lui aussi, est très ému. A plusieurs reprises, sous des applaudissements nourris et longs, il reste figé sur place, les yeux fermés, respirant profondément.

 

Alors que le spectacle continue de plus belle, comme à chaque fois, il ne résiste pas à l'envie de plonger dans la foule que nous formons, pour grimper sur le dossier des sièges et progresser ainsi jusqu'au fond de la salle. Et comme à chaque fois, le moment fort de son spectacle, c'est toujours lorsqu'il entonne "1000 cœurs debout", qui a pris ce soir-là une signification toute particulière. Nous reprenons les "Oh- oooooooooh- ooooooh" du refrain tous en c(h)œur, pendant un long, très long moment. Suivra un silence poignant avant qu'il n'entonne une prochaine chanson.

 

Puis il se moque gentiment du public parisien "qui trouve toujours ça trop long après une heure!", mais il prévient "moi je m'en fous, je suis de Perpignan! Je fais ce que je veux!"! Sacré Cali!

 

Et c'est déjà la fin. Cali se lance alors dans des remerciements, toujours sous de chaleureux et bruyants applaudissements d'un public conquis. A cette occasion, nous apprenons avec plaisir que dans deux mois, il reprendra la route pour une nouvelle tournée électrique. Voilà qui promet de nous donner encore et encore de nouveaux moments de joie et de folie!

 

Soudain, dans sa voix, des tremolos. Ses yeux s'embuent. C'est ça Cali: un fournisseur de bonheur, un tour imprévisible dans un ascenseur émotionnel.

 

Nous sortons pour l'attendre pendant un temps qui nous semble interminable. Soirée parisienne oblige, ses amis de la profession sont venus le voir et le féliciter. Parmi eux, Arno Santamaria, son bassiste Alain Verderosa, Pascal Obispo ou encore son ami Bénabar.

 

Le temps de le féliciter, lui faire une bise et je retourne à l'hôtel avec mon amie.

 

J'ai déjà hâte d'y retourner. Il me tarde de le retrouver pour deux nouvelles dates: ce sera le 26 Mars à Carhaix-Plouguer et le 7 Avril chez moi, en Moselle, à Freyming-Merlebach.

 

Avant de refermer cet article, une fois de plus je remercie non seulement l'Artiste, mais aussi son staff, pour l'humanité, la gentillesse et la simplicité dont ils font tous preuve pour nous permettre de vivre de tels moments, uniques, comme aucun Artiste ne m'a jamais permis de vivre...



16/03/2017
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres